Blog
IJSBERG BVBA - Interview Michael Bellon
Interview Michael Bellon

-interview par Axel Van der Borght-

 

J'ai connu Bart Bellon en tant que voix et force motrice des différentes vidéos «Danses avec les Malinois» à Hoboken.

On a beaucoup écrit sur Bart, mais le dicton «derrière chaque homme fort, il y a une femme forte» décrit son épouse Michael. Avec cette Américaine, Michael, Bart a trouvé une âme sœur qui aime beaucoup son High Drive, pour rester en termes de dressage

Michael et Bart ont déjà beaucoup voyagé pour partager leur expérience, leur savoir-faire, leurs compétences et leur vision de la formation en donnant des séminaires et leur propre Silver and Gold School. Ensemble, ils constituent un «produit» solide, qui a été traduit dans leur méthode de formation NePoPo®.

J'arrive à la maison des Bellons en bordure d'Anvers  où je suis accueilli par le couple.

 

Michael, vous venez des USA. Comment avez-vous connu Bart?

Michael: "J'étais déjà dans le domaine des chiens à l'époque. Un de mes amis avait vu une vidéo de Bart et était devenu très enthousiaste. Nous avons voyagé peu de temps après en Virginie où un séminaire de Bart avait eu lieu.

La veille du séminaire, un inconnu est arrivé et m'a complimenté de ma Mercedes Sprinter équipée. J'étais assez désintéressée et pas trop courtoise pour lui. Il m'a demandé si je me rendais également au séminaire Bart Bellon, ce que j'ai confirmé. Je ne savais pas que c'était Bart lui-même qui me parlait ...

Après le premier jour de séminaire, j'ai à nouveau rencontré Bart et nous avons eu notre première conversation sur l’entrainement des chiens. Ce n'était peut-être pas le coup de foudre, mais après cette conversation, j'étais de suite vendue. Cela a cliqué entre nous.

C'était il y a 10 ans et voyez comment ça s'est passé ... "

 

Comment décririez-vous, en tant qu'épouse, Bart en tant qu'humain et en tant que dresseur de chiens?

Michael: "Je peux en fait caractériser Bart avec un seul mot: dynamique. Mais il est aussi très ouvert, il aime parler, il aime divertir, il sait beaucoup de choses ... Il est très intelligent.

Maintenant plus qu'avant, je me rends compte, et j'ose le dire, qu'il est probablement le meilleur dresseur de chiens au monde. Sa spécialité est la "touche finale". Il y a bien sûr de nombreux entraîneurs capables, sans aucun doute, mais Bart peut obtenir ces 5% supplémentaires de chaque chien. Je pense que ce que Bart peut faire est incroyable ".

 

Bart, j'ai toujours eu le sentiment que vous êtes très entreprenant, mais avec Michael, il semble que vous êtes passé à la vitesse supérieure, est-ce correct?Bart: "Oui, c'est le résultat de la synergie entre Michael et moi, nous nous égalons."

Rester immobile c’est reculer. Donc: je ne peux pas. Avec Michael, j'ai trouvé quelqu'un qui pouvait suivre mon rythme et une alliée avec plus d'instinct commercial. Mettez deux Bart ensemble, ça ne marcherait pas et deux Michael ne marcheraient pas non plus. Un Bart avec un Michael est le mélange parfait. Nous nous complétons ".

 

A-t-il déjà été une option pour Bart de vivre et de travailler avec vous aux États-Unis? Ou était-ce clair dès le départ que vous viendriez en Belgique?

Michael: Oui, c'était en fait notre plan. Mais obtenir une Green Card n'est pas facile. Il est beaucoup plus facile de vivre comme illégal aux États-Unis que d'obtenir une Green Card. Même si Bart et moi sommes mariés. Cela coûte beaucoup d’argent. Nous aimerions faire nos affaires d’Amérique, mais nous n’y comptons plus entre-temps. "

 

Michael, depuis combien de temps vivez-vous en Belgique? Et que trouvez-vous le plus étrange dans notre pays?

Michael: "Je suis déjà habituée à la Belgique. Je suis confrontée à la réglementation belge depuis que nous avons créé la société Martin System®. C'est très différent des USA. Aux USA j'ai l'impression que les lois sont faites pour punir les gens quand ils ont fait quelque chose de mal. En Belgique, j'ai l'impression que les lois essaient de prévenir.

Et (riant)…. oh oui, j'adore les steaks au fromage mais Bart (et les Belges) pensent que c’est une combinaison impossible ".

 

Était-il écrit dans les étoiles que la formation canine deviendrait votre profession?

Bart: "J'ai fait des études de professeur de sport mais je ne voulais pas être le meilleur ami des enfants à l'époque. J'ai fait de mon mieux pour enseigner quelque chose aux enfants.

C’est aussi ce que j’ai avec des chiens. Cela peut sembler étrange mais je n'aime pas les chiens, mais j'adore vraiment d’entrainer les chiens. Michael, en revanche, aime beaucoup les chiens.

Le succès que nous avons aujourd'hui est également dû à notre talent pour divertir afin d'inspirer les participants. "

 

Pourquoi la formation canine vous plaît-elle autant?

Bart: "Je ne sais pas du tout. Je pose régulièrement cette question aux élèves de notre école. Enfant, j'étais déjà fou des Malinois,je ne m’explique pas encore pourquoi. Mon premier Malinois était une femelle, mais on m'a "mis dans le sac", en d'autres termes. Je m'en suis vite rendu compte. Je ne pouvais pas m’y résoudre. Je voulais un ‘’vrai". Chez nous, le principe était que chaque chien restait jusqu'à sa mort. Mais c’était compter sans moi. Je comprenais que je ne pouvais pas réaliser ce que j’avais dans la la tête avec cette chienne ... "

 

Michael, as-tu toujours travaillé dans le monde canin aux USA?

Michael: "Après mes études, je me suis retrouvée dans le secteur des chiens de compagnie. Vous pouvez bien gagner votre vie avec ça aux États-Unis. Les clubs d'obéissance comme ici dans presque chaque village ne se trouvent pas aux États-Unis. Les gens riches y paient beaucoup d'argent. pour former leur chien j'ai aussi longtemps fait 2 jobs je commençais très tôt le matin dans un centre de santé et dans l'après midi j’avais ma propre entreprise canine. A un moment je constatais que je gagnais plus d'argent si j’entrainais exclusivement les chiens Attention, je travaillais plus d’heures que lorsque je faisais les deux jobs ensemble, mais je gagnais mieux,.Ce n’est qu’en 2005 j’ai commencée avec le mordant. Le premier Malinois que j’ai vu aux USA ,c’était dans le mordant, paraissait très différent des Malinois que j'ai rencontrés par la suite en Belgique. "

 

 

La juste nourriture pour les chiens est-elle importante pour vous?

Michael: En effet, c'est la base de tout. Parce que notre chien est vu tous les jours, il est crucial qu'il soit en bonne condition.Tout le monde trouve normal que les meilleurs athlètes ne mangent pas de pizza tous les jours, mais qu’ils font attention à leur nourriture pour pouvoir prester, ce n'est pas différent pour les chiens! Vous pouvez atteindre le sommet uniquement qu’avec des aliments surgelés de haute qualité complètement équilibrés. Nous donnons toujours à nos chiens DUCK Natural food. NePoPo® est notre méthode de formation mais il y a beaucoup plus. Une bonne nutrition va de pair avec NePoPo® ".

 

Pouvez-vous comparer les sports canins aux États-Unis avec la Belgique?

Michael: "Non, nous connaissons à peine des clubs comme en Belgique aux États-Unis. Les gens entraînent leurs chiens eux-mêmes ou vont chez un entraîneur privé. Les gens riches font entraîner leurs chiens. Aux États-Unis, vous payez plus pour une heure de formation qu'ici en Belgique. pour les frais d'adhésion pour une année entière. En Belgique, le métier de dresseur de chiens privé est assez exceptionnel. Aux Etats-Unis, c'est un métier comme les autres et pas du tout rare. "

Bart: Quand j'étais enfant, il y avait en fait des dizaines de clubs canins dans ma région immédiate. Ce ne sera plus jamais comme ça ".

 

Je sais que NePoPo® signifie Negative Positive Positive, mais pouvez-vous nous donner une brève explication?

Bart: "NePoPo® est l'abréviation de négatif - positif - positif.C'est un système complet qui rend la communication entre chien et maître efficace car le chien ne lui résiste pas mais comprend son avantage !! Cela rend également les chiens «penseurs» au lieu de «suiveurs». Le résultat est définitivement un chien confiant qui travaille sur commande avec cœur et âme. Dans NePoPo®, vous avez le meilleur des deux mondes: l'approche positive et la "vieille école". Remarquez, j'ai dit le meilleur de ces mondes. Le système est un équilibre entre motivation et concentration « .

 

Vous avez repris Martin System®. Avez-vous eu cette opportunité  ou avez-vous eu l'idée vous-même?

 Michael: "En octobre 2017, nous avons été invités à une grande fête de la société Martin System® à Val-Saint-Lambert. On nous a demandé de fournir une démo lors de la fête. Après cette démo, quelqu'un est venu vers nous avec la question directe, si nous étions intéressés à reprendre l'entreprise Cet homme avait été nommé par le tribunal comme gérant de remplacement pour Charles Martin qui était malade. C'est la famille elle-même qui nous considérait comme les acquéreurs idéaux Ce soir-là, nous avons eu un dîner d'affaires et on nous a dit qu'il n'y avait pas beaucoup de temps pour réfléchir, à ce moment-là le e-collier Chameleon était en plein développement et nous avions mis beaucoup de nous-même dans ce projet.Finalement nous avons dit oui par nécessité de survivre. L'acquisition a finalement eu lieu le 04/04/2018. Nous sommes très heureux d'avoir fait ce grand pas! C'était et c'est dur et et c’est: beaucoup travailler . C’était très compliqué parce que ce n'était pas notre monde Nous étions en fait, deux dresseurs de chiens dans le monde des hommes d'affaires hirsutes. Mais nous avons été bien guidés et pouvons compter sur une équipe solide. Nous sommes maintenant les premiers dresseurs de chiens au monde à gérer également leur propre entreprise de E-collar électroniques ".

 

Comment vous vous organisés pour diriger "Martins Systems" et "The Bart Bellon Company"?

Michael: "Bart et moi travaillons en étroite collaboration. Nous nous rendons presque tous les jours, très tôt le matin chacun en voiture, jusqu'à l'entreprise de Liège. C'est un trajet aller de 130 kilomètres.

Par conséquent, nous nous levons très tôt tous les jours. Et quand nous rentrons à la maison, le travail n'est vraiment pas encore terminé « .

 

 

Vous avez toujours l'ambition de voyager et de donner des séminaires dans le monde entier?

Michael: "Non, nous ne voulons même plus donner de séminaires. Nous croyons fermement en nos écoles Silver et Gold et nous en avons plein les bras avec un programme chargé. Les séminaires étaient très amusants à faire et les participants étaient très enthousiastes. Mais ça reste un spectacle, tu peux participer, mais ça ne veut pas dire que tu as compris.

Les écoles NePoPo® nous donnent beaucoup plus de satisfaction. Celles-ci sont parfaitement conformes à notre vision. Pendant cette semaine scolaire, nous immergeons complètement les participants. Lors d'un séminaire de 2 jours ou même d'une école d'une semaine, il est impossible de couvrir tout ce que nous avons appris au cours de notre carrière. Après une semaine de NePoPo® Silver School, ils devraient être en mesure de comprendre notre façon de penser et de commencer à appliquer. Chaque école se termine par un examen complet. Tous les étudiants doivent obtenir un minimum de 90% ou ils ne recevront pas de diplôme. S'ils marquent moins de 90%, ils auront la possibilité de repasser gratuitement. N'oubliez pas qu'aucun chien et aucune situation ne sont identiques, vous ne pouvez donc pas apprendre les questions et les réponses de l'extérieur pour réussir. Vous devez maîtriser la méthode. Après le NePoPo® Silver théorique (si 90% a été atteint), vous êtes éligible pour une semaine de NePoPo® Gold (hands On Dogs) ".

 

Vous avez beaucoup voyagé dans le monde du sport canin, comment la Belgique devrait-elle évoluer pour aller encore mieux?

Bart: "Je vais être très strict maintenant. Pourquoi sommes-nous si bons au NVBK? Simple, parce que nous sommes le seul pays qui fait du NVBK. Comparez-le au football américain aux États-Unis. Pourquoi sont-ils si bons dans ce domaine?" Parce que ils sont le seul pays qui le pratique Nous devons oser nous remettre en question en Belgique, comme ‘’cela allait avant’’ est dépassé Qui réussit dans les sports canins? Les gens qui ont du temps Si nous voulons à nouveau réussir, nous devrons travailler de manière plus professionnelle Même dans l'IGP où nous comptions autrefois tant de champions, nous sommes devenus nuls.

 

De quoi êtes-vous le plus fier?

Bart: "

 

Nous sommes fiers d'avoir transformé Martin System® en une réussite. Mais aussi que l'école NePoPo® est devenue une marque de qualité dans le monde entier; un style lyfe; un culte où les étudiants trouvent passion et connexion dans une idéologie exclusive dont ils sont fiers et qu’ils veulent partager. Peut-être sommes-nous le plus fiers parce que nous sommes heureux ensemble malgré la mer agitée où nous avons navigué ".

 

Mama Bellon

Récemment, la mère de Bart était au club et a vu son fils travailler dans le costume. La maman a la maladie d'Alzheimer. Elle a demandé à Michael si son fils était ‘’bien’’  Michael rassura sa belle-mère. À la fin de la formation, Bart se laissait tomber au sol, tandis que le chien mordait, et criait « Maman, à l’aide!". Après quoi maman s'est immédiatement levée et a criée: "Bartje, j’arrive!".

 

Michael et Bart ont ri de bon cœur de cette scène drôle mais quand même émouvante.